Comment reconnaître l’alliaire ?

La moutarde à l’ail ou alliaire officinale est une herbe bisannuelle de la famille des crucifères et est envahissante au Canada et aux États-Unis (il ne faut pas la confondre avec plusieurs espèces indigènes similaires.). Mais comment reconnaître l’alliaire et qu’est-ce que l’alliaire officinale.

L’alliaire officinale : de quoi s’agit-il ?

L’alliaire officinale est un feuillage importun originaire d’Europe. Elle a été filée en Amérique du Nord au départ des années 1800 en tant qu’herbe comestible. Il peut être consommé au début du printemps et est riche en vitamines A et C. Il a une odeur forte et unique qui rappelle l’ail aux gens. Depuis son arrivée en Amérique du Nord, cette plante s’est répandu dans la nature et est maintenant l’une des espèces envahissantes les plus agressives des forêts de l’Ontario. La plante de deuxième année peut atteindre 1,2 m ; les feuilles sont hautes, triangulaires, alternent, dentées et les fleurs sont blanches. 

D’autre part, l’alliaire officinale a un cycle de vie en deux étapes au cours des deux premières années. Au cours de la première année, la plante ne présentait qu’une seule grappe de feuilles en forme de rosette tout en formant un système racinaire solide. De plus, ceux qui peuvent survivre à l’hiver fleuriront des centaines de graines la deuxième année. La forêt dense peut produire plus de 60 000 graines par mètre carré. Les étals d’ail peuvent doubler tous les quatre ans. 

Cependant, ils sont facilement propagés par les humains et les animaux. Ils peuvent rester dans le sol jusqu’à 30 ans et germer encore. Cette plante peut pousser dans une variété d’habitats ensoleillés ou complètement ombragés, y compris les forêts intactes et les lisières de forêts, de rivières et de routes. La moutarde à l’ail n’est pas une riche source de nourriture pour les animaux sauvages.

Pour avoir plus d’information, veuillez consulter ce site www.fleursdusud.fr

L’alliaire officinale : comment l’identifier ?

L’alliaire officinale correspond à de nombreuses plantes en Ontario aussi de la famille des carottes, de la famille des marguerites et de la violette. Les gousses sont similaires aux gousses de plusieurs autres moutardes (Brassaceae). Le moyen le plus simple de distinguer. L’alliaire officinale des autres plantes est d’écraser les feuilles. S’ils ont une forte saveur d’ail, il s’agit probablement de moutarde à l’ail. D’autre part, voici quelques astuces pour vous aider de reconnaitre ce qu’on appelle l’alliaire officinale :

• Les jeunes feuillées débarrassent une forte odeur d’ail lorsqu’elles sont écrasées.

• Au cours de la première année, la plante produira des rosettes de feuilles vert foncé en forme de rein avec des bords irréguliers.

• La deuxième année, la plante a produit des tiges de 0,3 à 1,2 m de haut avec des feuilles triangulaires, décalées et dentées.

• La feuille inférieure est en forme de rein large avec un diamètre maximum de 10 cm. Leurs feuillées supérieures sont triangulaires et mesurent entre 5 et 10 cm de diamètre. À partir de la tige, ils deviennent plus étroits et se terminent à un certain point.

• Les plantes de grade 2 produisent des bourgeons blancs à quatre courts pétales en mai.

• Les gousses sont très étroites, de 2,5 à 6 cm de long, et s’ouvrent au milieu de l’été pour libérer de petites graines noires.

Brassicacées : ses caractères généraux

Les brassicacées présentent des feuilles simples, mais avec des bosses différentes, alternent en tiges ou en rosettes, et parfois denses. Ces feuilles n’ont généralement pas de stipules et sont parfois couvertes de poils, et leur forme peut être utilisée pour déterminer l’espèce. Parfois, la tige devient très épineuse. Outre les inflorescences n’ont généralement pas de tranches et sont en panicules ou en embryons. Cependant, par exemple, la tribu Thelypodieae présente des inflorescences atypiques, très minces.

Les fleurs sont petites, mais colorées et se rassemblent pour attirer les insectes. 

Cependant, à quelques exceptions près, ils sont réguliers et comportent une forme ronde à 2 nœuds : un sépale à 4 sépales, une corolle à 4 pétales, disposés en cruciforme, des étamines, avec 2 étamines courtes et 4 étamines plus longues, soit toujours 6 étamines et un ovaire. Plus de 2 carpelles fusionnés. Mais les fruits sont des gousses ou des vallées de silicium (selon leur longueur par rapport à la largeur). Par contre, les tissus des fruits et des graines sont très différents, ce qui permet de distinguer différentes espèces. Exceptionnellement, il existe 13 espèces de siliques ou siliques sans fruit. 

De plus, les crucifères sont pollinisées par les insectes et conçoivent souvent des programmes pour éviter l’autopollinisation.

Ils contiennent des composés chimiques spécifiques (120 glucosinolates différents) qui peuvent être utilisés pour empêcher la prédation des insectes. Ces composés sont à l’origine de la forte saveur des graines de moutarde et de la saveur unique du chou ou du radis. Cependant, la coévolution permet à certains insectes (comme le chou) de se spécialiser afin de pouvoir tous les manger, formant ainsi des couples plante/insecte prédateur indissociable. Par conséquent, certains insectes sont devenus dépendant d’espèces hôtes crucifères spécifiques.

Les plantes appartenant à la famille des Brassicacées

Les brassicacées sont des plantes annuelles (argent du Pape, colza), des plantes bisannuelles (chou, giroflée) ou des herbes vivaces (Aubrietta), des arbustes secondaires ou des arbustes plus irréels. Une espèce connue jusqu’à présent est l’escalade, haute de 3 m, appelée Heliophyla scandens.

La famille des crucifères comprend plus de 4 000 espèces, divisées en 372 genres et divisées en 25 à 49 tribus. Bien que de nombreuses études aient été menés, il y a eu de nombreuses discussions sur la division des tribus et leur statut n’est pas fixé.

Exemples de tribus primitives et étonnantes de crucifères :

• La tribu Thelypodieae, considérée comme primitive

Thelipodium, Stanleya, Caulanthu, Streptanthus et Streptanthella … Outre, thelypodium laciniatum, une plante étonnamment nord-américaine avec de longs épis dressés et des fleurs blanches

• Une autre tribu :

la famille des hortensias, qui comprend certaines espèces utilisées comme plantes ornementales : violette, giroflée d’orchidée ou Hortensia hippeastrum

Le matériel nécessaire au travail du paysagiste
Plantes à cutiver chez soi : informations pratiques sur la drosera capensis